31/10/2003

Tortue...

Quand le monde entier devient agressif en même temps, c’est que mon comportement doit le provoquer.

 

Je vais donc éviter les contacts pour quelques temps, histoire de ne pas me fâcher avec tout le monde. Rentrer la tête, en brave petite tortue...

 

Et je vais faire un tour à la FNAC. Ca me remontera le moral...


15:23 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

De la tolérance

Juste un aparté.

 

Comment concilier les grands principes et la réalité ? Comment tolérer l’intolérable ?

 

Je suis de ces idéalistes qui placent la liberté d’expression et le respect des autres en tête dans la liste de mes valeurs. Mais comment accepter de voir se propager des idées qui sont l’antithèse parfaite du respect de l’autre ? Des discours qui prônent la supériorité raciale. Et qui, par corollaire plus ou moins ouvertement exprimé, favorisent la haine de l’autre. Qui ne peut être qu’inférieur puisque différent...

 

Voltaire disait :

"Je défendrai mes opinions jusqu'à ma mort, mais je donnerai ma vie pour que vous puissiez défendre les vôtres"

 

Oui, le droit à la parole est important. Mais il implique aussi des devoirs. De respect de l’autre. Parce que les génocides commencent dans les tracts. Parce que les holocaustes commencent par des mots.

 

Bon, trop sérieux, tout ça. Mais quand on se retrouve face à certains textes....


10:33 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

30/10/2003

Du mal à y croire

Un dernier regard ce soir.
 
Pour constater que je viens de dépasser les 900 visites. Je n'en reviens pas. C'est si loin de ce que je pensais. Et tellement mieux ! ;-)
 
C'est devenu plus qu'une bouteille à la mer, beaucoup plus...
 
Bonne nuit à tous.

22:18 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Ca tourne au ridicule !

Encore un SMS de A ! Qui me demande encore de mes nouvelles.
 
Et aucune envie de répondre. Mais à quoi elle joue ?
 
Je viens de véifier, la dernière fois, c'était aussi un jeudi. Manifestement, le futur heureux papa est occupé le jeudi... A un mois de la fin de sa grossesse, rien à dire, grande classe...
 
Enfin... Moi, je ne joue plus.

19:10 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Seul & heureux...

Encore une journée tranquille... Comme si le monde entier était en congé.

 

Mon rendez-vous de ce soir tombe à l’eau. La demoiselle est enrhubbée. Pas plus mal. D’abord parce qu’elle va encore me faire son grand show anti-I (je la soupçonne d’être un peu jalouse... si peu...). Ensuite parce que le plus souvent, une soirée avec L, c’est surtout une soirée à écouter L. D’habitude, j’aime bien écouter les gens. Mais pour le moment, elle se la joue un peu trop Calimérette.

 

Je suis assez fatigué, après avoir si peu dormi cette nuit. ;-)

 

Ca me donnera l’occasion de brancher enfin mon système home cinéma de la mort qui tue... Encore un de mes plans foireux... Le boyfriend de ma mère a commencé, en activité annexe, l’importation de tout ce qui est hi fi, vidéo, électroménager... Et un jour, en pensant tout haut, je lui ai dit que ce serait pas mal d’avoir ce genre d’installation chez moi. Et bien entendu, il m’a téléphoné un jour de son entrepôt, me disant qu’il avait un truc super, pas cher, et tout et tout...

 

Bref, me voilà avec une grosse boîte, et dedans, roulement de tambour, un « machin » avec une prise anglaise. Pas de bol, mon mur est belge... ;-)

 

Bon, recherche de l’adaptateur, et de câble audio pour disposer les enceintes aux endroits stratégiques... Ca traîne depuis une semaine entière. Ce soir, j’espère y arriver pour de bon !

 

Tout cela pour un appart, où le volume, voisins oblige, ne peut de toute façon pas dépasser les 3 décibels. Bref, Much ado about nothing, en tout cas about pas grand chose.

 

Elle m’a envoyé un sms pour me dire qu’elle était à Milan, tout va bien.  Ici, il fait gris. Normal, mon soleil est parti.

 

Toutes ces histoires sur l’attente, le charme de l’avant, ça m’a rappelé un extrait de chanson.

 

La première fois qu'on s'aimera
Tu te rappelles
Nous nous étions promis des joies surnaturelles
Au fond de la nuit la plus sombre
Celle qui fait trembler les forêts
On s'aimera comme si l'amour
Nous l'avions fait

 

Un chokotof pour le premier qui trouve d’où ça vient. Et pas tricher ! ;-)

 

Oh, j'oubliais: il y a maintenant une adresse email "simple-ou-complique". Le progrès, tout de même !





16:28 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Un ajout

Juste pour faire un peu de pub...
 
Je disais au début de ce blog que je poursuivais aussi le fameux mythe de la bouteille à la mer. Même si je n'y croyais pas beaucoup.
 
Et bien, je me suis trompé. Lourdement. Depuis quelques jours, des liens se tissent. La "toile" mérite enfin son nom. Alors j'ai placé en tête de la colonne de gauche le lien vers les personnes qui m'ont touché. Vers les blogs qui m'ont fait rire, qui m'ont ému, qui m'ont fait vibrer. Merci à vous de nous offrir ces beaux moments.
 
Bien sûr, cette liste va s'étoffer. J., tu es candidat ! Le temps d'étoffer un peu tes pages... :-)

13:20 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Elle est partie...

Pour mieux revenir. ;-)
 
Retour sur de l’essence de concentré de petit bonheur : Vers l’heure prévue hier soir, elle me passe un coup de fil. J’ai donc été la chercher chez elle, embarqué sa valise, et retour à la maison...
 
La première chose qu’elle m’a dit en arrivant, c’est, avec un grand sourire, que ça faisait plaisir de se sentir attendue, de voir que j’avais préparé les lieux pour son arrivée...
 
On s’est installés, on a regardé un peu un DVD (A Passage to India – David Lean), gros câlin dans le divan. Ensuite, on est allés se coucher. Encore plus gros câlin...
 
Petit massage de sa nuque (oui, j’en ai honteusement profité, et alors...), bougies, CD, puis, les yeux dans les yeux, les mains qui se frôlent, les lèvres qui se cherchent...
 
Après l’extinction des feux, les mains s’enhardissent, les frôlements se précisent, les soupirs se suivent. Du plaisir. Celui de l’attente, de la tension qui se construit...Sans dépasser les bornes de l’irréversible. Elle a peur.
 
Et je crois, non, je sais, qu’elle veut prolonger la période d’apprivoisement. Moi, ça me va. Je serais le dernier des imbéciles de me plaindre !
 
Et au matin, la question que j’attendais : « Tu m’aimeras toujours autant, si on devait être ensemble ? ». Peur de la routine. De se laisser aller dans le quotidien. Que je ne la regarde plus comme je la regarde, que je ne fasse plus tous ces efforts...
 
J’aimerais pouvoir la rassurer. Mais je sais que le temps qui passe est un piège quand on croit que tout est acquis.
 
Mon avantage, c’est de savoir maintenant que je peux la perdre. Et à quel point ça fait mal. Donc de vouloir tout faire pour ne plus jamais la perdre.
 
« Quand tu m’as dit « ça me ferait plaisir, de savoir que je serai le dernier »... »

10:04 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook |