13/11/2003

Mer calme à peu agitée...

Calme, trop calme...

 

Journée tranquille, pas trop envie de prendre ma liste de trucs à régler et d’avancer... Grosse flemme... Fin d’année, plus trop de vrai challenge, et plus le courage de clôturer les petits... :-(

 

Mais je mange avec elle dans une petite demi-heure ! ;-)

 

Petite réflexion en passant. J’ai lu hier, sur le site d’Anaïs, une remarque incroyable. Une attaque personnelle, pontifiante, à la « Tu ES comme ceci, tu ES comme cela... », et surtout à la « Et moi qui ne te connais pas, JE te juge ! »...

 

Bien sûr, et je plaide coupable, il m’arrive aussi de me faire une image mentale de la personne qui écrit son blog. Et parfois, cette image n’est pas top reluisante. Mais je ne me sens pas obligé de passer chaque jour sur ces blogs pour aller balancer mes jugements, tout de même. Je me contente de passer mon chemin. Je ne comprends pas le ressort qui peut pousser à revenir sur des sites qu’on semble abhorrer...

 

Bon, comme le monde entier va voir Maurane en concert, et que le texte de cette chanson là m’a littéralement scié, comme Goldman l’a fait tant de fois, il fallait bien que je finisse par la publier ici !

 

Des millions de fois    (Jean-Jacques Goldman)

 

Je m’en suis trouvé des fadaises, des tas
Des raisons plus ou moins mauvaises, des lois
Les thèses et puis les antithèses et les interdits, les croix
Les croix, je les fais sur autrefois

 

J’ai trop attendu que ça vienne comme ça
Qu’on me trouve et puis qu’on me prenne le bras
On peut se noyer dans ses peines ou bien nager, c’est un choix
Mon choix, c’est aujourd’hui me voilà

 

Me voilà nouvelle au monde, aux éclats
Me voilà rebelle aux peurs, à leur poids
Je prends les soleils et la vie
Je les prends, les mange, et les bois
Et je les vois

 

Et même, même si c’est un combat
J’aime, j’aime même ces coups-là
Peines, peines je vous prends cent fois
Si l’on me comble ce vide-là
De joie, des mille et millions de fois

 

Finies les amendes honorables ou pas
Les cirés, les imperméables à quoi ?
Je prends les mers et l’océan
Je veux les vagues et le vent
Sur moi, du sang des coups de tabac

 

Larguées mes chaînes et toutes mes amarres
Tout ce que je complique, adieu je pars
Mes labyrinthes et mes impasses
Je passe avant qu’ils me cassent
Qu'ils me cassent

 

Et même, même si c’est un combat
J’aime, j’aime même ces coups-là
Peines, peines je vous prends cent fois
Contre ses bras, lui tout contre moi
Oh, oh ses bras, des mille et des millions de fois

 

Me voilà nouvelle au monde, aux faux pas
Me voilà réelle, enfin vraiment moi


Et même, même si c’est un combat
J’aime, j’aime même ces coups-là
Peines, peines je vous prends cent fois
Si l’on me comble ce vide-là
De joie, des mille et millions de foi

 

Toute ressemblance avec ma vie serait purement fortuite, mais comment fait il pour si souvent parler de moi... Il lit mon blog ??? ;-)


11:54 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Je suis tout à fait d'accord avec toi Bon appétit ;-)

Écrit par : J | 13/11/2003

je crois que cette chanson .... est ma préférée, et je m'en inspire souvent pour aller mieux!

Écrit par : valou | 13/11/2003

... Merci pour ton commentaire laissé sur mon blog. Moi ce n'est pas la première fois que je visite ton blog et je le trouve vraiment chouette.
Et au fait, mange bien... :-)

Écrit par : Aurélia | 13/11/2003

Les commentaires sont fermés.