28/11/2003

Mon dieu...

Je suis sur google... Dingue, non ???

12:54 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Un peu de tout...

... pour finir la semaine...

 

- Le blog partagé.

 

Elle a pris la décision de ne pas venir me lire. Pour respecter mon petit « chez moi ». Elle a ajouté qu’elle préfère que je partage avec elle ce que j’ai envie de partager avec elle. Je ne dis pas ça parce que je suis raide dingue d’elle, mais elle est géniale, non ?

 

- Le programme du week-end.

 

Avant tout, congé lundi, tous les deux.

On en a reparlé hier soir au téléphone, et on a dégagé une liste des choses à faire pendant ces trois jours... Ce que j’ai bien aimé, c’est sa proposition de prendre son temps au lit le matin ! ;-)

 

Donc, au programme : Samedi, un peu de shopping fringues pour tous les deux... Il est temps, ma garde robe fait plus pitié qu’envie... Bon, j’exagère un tantinet, mais pas beaucoup !

 

Une nuit soit à la mer, soit à Bruges. Sans doute celle de samedi à dimanche. Comme ça on peut se balader dimanche tranquilles...

 

Et lundi, câliiiiiiiiiiiiiins ! (ça, c’est une bonne idée, non ???) et visite de l’expo au « Bozar » sur la Venus D’Urbino. Le concept de l’expo semble absolument génial (tout un parcours pour amener à regarder une seule oeuvre, mais sous toutes ses coutures...), les échos sont plus qu’encenseurs...

 

Voilà. De quoi me retrouver mardi matin, sans doute épuisé (si si... elle n’est pas reposante ! j’adore...) mais avec le plein d’étoiles dans les yeux...

 

Après ce post, je vais mettre à jour mes listes de cd, bouquins et bd. Un peu d’avance sur décembre !!! Comme d’habitude, les commentaires sont les bienvenus. Et plus encore... Encore une petite chose. Je vais créer un blog uniquement pour garder ces listes. Histoire de ne pas me répéter...


10:12 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/11/2003

A la folie, passionnément...

Il y avait longtemps... Une chanson de Richard Cocciante...
 
 
Surtout, ne m'en voulez pas trop
Si ce soir je rentre chez moi
J'ai tellement de choses à faire
Avant que le jour se lève

Et pendant qu'elle dormira
Moi, je lui construirai des rêves
Pour que plus jamais, au réveil
Elle ne se lève les yeux en pleurs

Et pour que cette longue nuit
Ne soit plus jamais noire et profonde
Je demanderai à la lune
De remplir le ciel tout entier

Et pour que je puisse encore la voir
Me sourire comme avant
Je demanderai au soleil
De brûler, même en plein hiver

Et pour qu'elle puisse encore chanter
Les chansons de notre bohème
Je construirai un silence
Plus grand que ceux des cathédrales

J'irai réveiller les amants
Je parlerai des heures entières
Et je sais qu'ils me suivront
Tant que nous resterons amants

Alors on se promènera
Tous ensemble on dansera
D'incroyables sarabandes
Et elle oubliera sa peine

Et pour que la ville danse
Et pour que la ville chante
On inventera des couleurs
Et elle oubliera ses larmes

Nous irons dans les campagnes
Pour cueillir les fleurs des champs
Pour en faire un grand lit blanc
Où l'on s'aime tendrement

Et puis nous irons au fond du ciel
Pour lui choisir une étoile
Parc'que Marguerite est bonne
Parc'que Marguerite est belle
Parc'que Marguerite est vraie
Parc'que Marguerite est douce
Parc'que Marguerite m'aime
Moi, je ne vis que pour elle

Marguerite est ma raison
Mon lendemain, mon idéal
Marguerite qui est le vent
Ne sait pas qu'elle peut me faire mal

Parc'que Marguerite est celle
Que je veux toujours près de moi
Marguerite est Marguerite
Marguerite est tout pour moi

Marguerite est tout pour moi



16:25 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Perplexité

I pense à blogger...

 

Depuis le temps que je lui parle du mien. Et qu’elle ne l’a toujours pas lu... Elle voudrait essayer, comme ça, pour voir...

 

Je lui ai déjà parlé de ce que cela m’apporte. Avant tout, s’obliger à revenir sur sa vie, la mettre en mots, la regarder en face. Garder une trace.

 

Je lui ai aussi parlé des contacts, de ces voix qui font résonner mes mots, mes sentiments, et qui acceptent, pour certaines, de partager leurs propres expériences de vie.

 

Mais aussi de la discipline d’écrire chaque jour. Comme de prendre soin d’une plante, chaque jour.

 

Je lui ai donc donné le lien vers l’accueil de Skynet. Sa dernière question, « Te reconnaîtrai-je ? » me laisse perplexe. D’un côté, j’ai envie qu’elle me lise, qu’elle découvre ma vision de notre histoire. Même si on en parle quasiment chaque jour. De l’autre, j’ai peur d’apprendre qu’elle me lit. De ne plus pouvoir me laisser aller à cet exutoire.

 

On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Et je n’ai de toute façon rien à lui cacher. La dernière chose dont j’ai envie, c’est qu’elle s’imagine que je lui ferme la porte d’un lieu où je raconte des horreurs à tout propos !!! ;-)


14:07 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Je suis dans le pré...

Petit nuage... Je suis sur un petit nuage. Au loin, le soleil brille de mille feux. Aucune trace de pluie, pourtant, un arc-en-ciel trône... Heureux...

 

Retour sur une soirée mégalactico-fabuleuse...

 

Pour rappel, le programme était confortable... Ronflonnant, mais sympa. Soirée seul, foot, elle au cours d’espagnol. Pépère quoi...

 

Flash back 1. Rupture...            

 

De programme, je rassure tout le monde. Elle m’annonce qu’elle renonce à son cours d’espagnol, pas le moral, pas envie, besoin de sortir, de se changer les idées.

RDV chez moi. Ce qui me laisse le temps de me préparer à la recevoir.

Elle arrive, téléphone à l’oreille. A l’autre bout du fil, son père. Leur relation est assez triste, fondamentalement. J’ai rarement vu deux personnes qui s’aiment autant être aussi incapables de se le dire. Tension, nervosité, détresse. Elle raccroche. Se retourne vers moi. Et s’écroule en larmes.

Un torrent. Elle me déchire le coeur. Elle se laisse aller dans mes bras. Puis le torrent s’assèche. Je lui laisse le temps de se relâcher. Et je l’emmène au resto.

 

Flash Back 2. A table...

 

Je ne suis pas certain de l’avoir déjà mentionné. La demoiselle est végétarienne... Direction Ixelles, la petite métisse. Très sympa. C’était une première visite, mais il y en aura sûrement d’autres !

Repas génial. On papote, complices. Les yeux brillent encore. Mais la lumière est d’une autre nature. On partage l’entrée... Bref, on est bien. Tout simplement.

 

Flash-back 3. Retour...  

 

Arrivés chez moi, plus de fatigue. L’esprit et le corps sont bien éveillés... Et toujours cette complicité... Cette magie.

La couette nous accueille, et après... ma mémoire est un peu floue... Mais vers 4 h du matin, on a tout de même décidé d’éteindre les bougies...

Cette fille est magique. Son corps est le complément parfait du mien. Que ce soit chimique, électrique, les phéromones,  que sais-je encore... ça a peu d’importance. Le principal, c’est que, indépendamment de la complicité d’esprit et de coeur, celle des corps est une évidence. Depuis le premier jour. Elle ne suffit pas, nous en avons déjà vécu l’amère expérience. Mais, sabre de bois, ça aide ! ;-)

Ce matin, réveil tout doux, les yeux un peu lourds, le coeur très léger.

 

Elle m’a dit ces trois mots qu’on dit sans réfléchir, ou qu’on ne dit pas quand on y réfléchit trop. Son coeur a un peu relâché ses défenses. A bien la connaître, je m’attends (nous en avons d’ailleurs ri ensemble) à un léger retour de flamme. Sa peur d’aller trop loin reprendra encore le dessus. Et je le sais. Ca fait partie de ce qu’elle est, aujourd’hui. Et je l’ai sentie très accrochée. Pour reprendre ses propres mots. Il faudra donc lui prouver, ou surtout prouver à son inconscient, à sa réserve de peurs, que tout va bien. Qu’elle reste aussi libre qu’on peut l’être quand on tient à quelqu’un d’autre. D’ailleurs ce soir, chacun chez soi. Et c’est promis... JE DORS !!!!! ;-)


11:05 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

26/11/2003

La voix de Barry White...

Voila, fin du triptyque de Champion’s League.

 

7 points à domicile. Trois belles soirées. Et quelques regrets. Mais bon. Le suspense reste entier pour le dernier match, c’est pas mal pour un petit club d’un tout petit pays...

 

Pour le reste, pas grand chose, I au téléphone, on passera le midi ensemble... Et l’ambiance ici qui reste plutôt... comment dire... un mélange de sournois et de nauséabond... Je m’en fous, je ne participe pas à la course des rats. Mais j’aimerais qu’on ne me marche pas sur les pieds... Je dois encore avoir pas mal d’illusions... Un grand naïf, je vous le dis...

 

PS : Le titre, c'est suite à la perte incontrôlée de quelques cordes vocales, hier soir...


10:27 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/11/2003

Sourire, revu et corrigé...

Plusieurs échanges de mails ce matin... Morceaux choisis, tous de I...

 

En fait, j’avais d’abord publié ce post avec ses mots à elle. Mais je les ai enlevés. Je n’ai pas le droit d’ouvrir son courrier pour le publier ainsi.

 

Alors, simplement, l’essence de ce qu’elle disait, et ce qui explique que je la sens si proche, si heureuse aussi, c’est qu’elle a reparlé de tout ce que nous vivons. Et qu’elle s’est rendu compte, en faisant ce pas en arrière pour analyser notre « truc » (on est pas vraiment un couple, je ne trouve pas le mot adéquat...), que le positif surclassait de loin le négatif...

 

Voilà. Mon petit coeur ressemble à du chocolat fondu. J’a-do-re ça. Alors, les petits problèmes existentiels des certains de mes collègues, ça me passe totalement par dessus la tête... M’en fous, je suis amoureux ! ;-)


11:37 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |