10/12/2003

C'est reparti comme en 40...

De nouveau la grosse crise...

 

Quoi ? Aurais-je couché avec sa meilleure amie ? Aurais-je trempé dans un trafic d’êtres humains ? Serais-je un infâme revendeur de drogues dures qui pervertit notre jeunesse ? Que nenni ! Pire encore...

 

Hier soir, elle me téléphone, de retour de son cours de chant... Tout va très bien... Puis je lui demande, comme ça, pour rire... « On se voit jeudi soir ? »

 

« Ben non, je vois truc ce soir là... »

« oh... mais tu as bien gardé vendredi, comme on avait dit ? »

« Ben non, finalement, j’ai pas pu annuler avec machin, vu que ça l’arrange pas qu’on se voit un midi... »

« ah ben oui... »

 

Pour info, je viens d’apprendre, comme ça, qu’elle avait aussi une répétition de chant samedi soir... On y reviendra...

 

« Mais pas de problème ! Demain (donc aujourd’hui, pour ceux qui ne suivent pas), je finis la répétition vers 9 h, 9 h30, on peut se voir après... »

« Pas de bol, demain, c’est Bayern - Anderlecht, c’est le seul soir où moi, je ne suis pas là. »

« Ha, oui, bien sur... »

 

A partir de ce moment là, plus de réponses de sa part ou si peu. Bref, je lui propose de me téléphoner quand elle a terminé sa révision d’espagnol, histoire de se dire au revoir...

 

Vers minuit trente, je me dis que, quand même, il se fait tard... Bien entendu, son GSM est coupé à ce moment-là...

 

Bref, je lui laisse un message tout mignon...

 

Ce midi, je pars vers l’Inno, puisque St Nicolas livre des jeux avec des pièces manquantes... En chemin, j’ai le doigt sur mon téléphone pour composer son numéro quand elle me téléphone.

 

« Les grands esprits se rencontrent ! J »

 La conversation se passe bien. Mais... On reparle de hier soir... Mon dieu, voila l’apocalypse...

 

En vrac :

 

-          Je lui ai annoncé que je n’étais pas disponible justement pendant les 2 heures qu’elle a à me consacrer cette semaine d’un ton bien trop enjoué.

-          Je n’ai pas fais attention au fait que ce ton ait pu la blesser

-          Le magnétoscope, il faut être con pour ne pas savoir que ça existe (je cite texto, si si...)

-          Je ne propose jamais qu’on se voie, c’est toujours elle

 

Le plus drôle, c’est que je lis ça d’une façon peut être trop tordue, mais qui semble se vérifier... Elle se sent mal de ne pas avoir laissé un peu de place pour moi dans son agenda. Et comme je n’explose pas comme elle ferait sans doute, il faut bien qu’elle me reproche que je ne l’aime pas. Puisque je ne réagis pas comme elle, qui m’aime.

 

Bien entendu, elle n’a rien entendu de mes réponses.

 

En vrac :

-          Je n’ai pas entendu que je te blessais. Et je m’en excuse... As-tu entendu que j’étais triste à l’idée de rater et le jeudi et le vendredi ?

-          As-tu entendu que, comme d’habitude, je ne t’avais pas proposé de passer le lunch ensemble demain ?

-          As-tu entendu quand je te dis que, même si je ne te le reproche pas (c’est un acquis, ton agenda est toujours full), je considère que ton emploi du temps est au moins aussi responsable que le mien si on ne se voit pas ?

 

A tout cela, le silence répond. Et quand je lui demande de me parler, que je suis toujours là, elle raccroche.

 

Voilà. Je sais que j’ai encore raconté les choses comme si elle était seule responsable de tout. Pourtant, ce n’est pas ce que je pense. Mais fallait-il tout casser pour autant ? Je ne pense pas. Je voulais éviter la polémique, c’est raté. On est repartis. Comme l’an dernier. Cette histoire a un goût de déjà-vu qui me déplait fortement.

 

Fatigue, déception, comme d’habitude finalement.

 

Parfois, je me demande si on peut fonctionner autrement. J’en suis de moins en moins sur. Même si je veux y croire. Je ne tire pas le rideau. Même si je viens encore de me le prendre d’en pleine tronche...


14:36 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Histoires similaires !!! Je disais il n'y a pas si longtemps : " Il n'y a plus d'étoiles dans le ciel "
et tu répondais " ce n'est peut-être qu'une éclipse".
Même histoire avec un léger décalage.
Fatiguant, usant, éreintant, oui je sais !!!
Mais puisque j'ai un peu d'avance par rapport à toi, je peux t'assurer que les étoiles brilleront aussi à nouveau dans ton ciel.
Accroche toi.
xxx

Écrit par : Anaisorchidee | 10/12/2003

houlàlà.... Bon cette fille que je ne connais absolument pas.... ben quelquepart je l'aime bien.... elle à l'air de souffrir énormément et j'ai toujours envie d'aider les gens qui souffrent.... mais mon dieu qu'elle est compliquée............ Enfin bon ne connaissant pas la demoiselle je me plante peut-être royalement, mais c'est ce que je ressent là .... Elle a un besoin énorme d'amour et d'affection mais ne veux surtout pas l'exprimer surtout ne pas en faire la demande... qui (ou qu'est-ce qui) aurai bien pu lui faire croire que demander de l'amour c'est se rabaisser???????
Et puis toi! franchement tu as beaucoup de courage... et d'amour pour mademoiselle. Si les barrières pouvaient tomber... comme je vous le souhaite à tous les deux!

Écrit par : valou | 10/12/2003

Les commentaires sont fermés.