23/12/2003

Carnet de lecture...

Petit carnet tardif, mais vaut mieux tard que jamais...

 

Pardonnez nous offenses. Pour paraphraser Ardisson, si on devait faire le pitch, ce serait « I comme Icare en l’an mil »...

 

L’idée de base est tout simplement géniale. Dans un coin reculé de la France profonde, en 1284, au coeur d’un hiver comme seul le diable peut en inventer, on retrouve la trace d’un village perdu depuis 50 ans. Un village coupé du monde, en autarcie complète, et surtout, peut-on imaginer plus incroyable en ces temps, laissée au total abandon par l ‘église. Pas de curé dans ce village...

 

On décide donc d’envoyer un Rambo en soutane pour voir de quoi il retourne...

 

Commence alors un récit qui part, comme ses protagonistes, dans toutes les directions... En fait, on va suivre trois intrigues qui paraissent sans rapport, mais qui, comme dans tout livre bien construit, se rejoignent à la fin.

 

Je ne vais pas dévoiler le fin fond du pourquoi du comment, même si il ne surprendra pas vraiment le lecteur un tant soit peu imaginatif. Disons que la question centrale, « Mais comment ce village a-t-il pu être oublié de cette façon ?» est résolue dans le bruit et la fureur !

 

Au final, qu’avons-nous ? Un bon livre, c’est indéniable. Une atmosphère bien recrée, des personnages bien campés, une intrigue bien construite à défaut d’être originale...

 

Car c’est là le gros défaut de ce livre, pourtant plaisant... Ce garçon a lu Umberto Eco, il ne s’en cache d’ailleurs pas (quelques noms de personnages sonnent comme des hommages très appuyés, on pense à Henno Gui qui rappelle l’inquisiteur Bernardo Gui, il y a même un Adso qui passe...). Même l’intrigue rejoint un des thèmes (il y en a tellement) du livre d’Eco... Et, sans faire injure à l’auteur, il lui reste du chemin avant d’égaler son modèle.

 

Cela dit, pour un premier livre, pour un jeune auteur, l’effort est plus que méritoire, le résultat positif !

 

On peut discuter de l’influence du nom de l’auteur sur le bruit fait autour de ce livre, il n’en reste pas moins que cela reste un bon bouquin. Pas un chef d’oeuvre, mais un bon livre. C’est déjà pas mal, non ?


11:00 Écrit par M. | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... merci...tu m'incites à le lire:)

Écrit par : Maggi | 23/12/2003

Les commentaires sont fermés.